Les Résidences en Balade 2021

Pour la deuxième année consécutive, les Arts en Balade développent des formats de résidences d’environ un mois pour des artistes locaux et nationaux dans des lieux atypiques ou emblématiques de Clermont-Ferrand. Ce format de résidence est mis en place pour permettre à des artistes de travailler dans et avec un espace dédié sur une certaine durée. Le travail doit être produit pour l’espace, ce dernier le nourrissant. Ces œuvres originales seront montrées pendant le week-end de la 26ème édition des Arts en Balade du 28 au 30 mai 2021.

 

Pour cette deuxième édition des Résidences en Balade, les quatre lieux qui seront investis par des artistes sont :

- Le musée d'Art Roger-Quilliot à Montferrand par l'artiste Jordan Pallagès

- Le CSE Michelin à Montferrand/La Gauthière par l'artiste Anne Marie Rognon

- Sur le chantier de Regens Parc proche des Sallins par les artistes Amandine Capion & Audrey Galais

- L'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Clermont-Ferrand sur les Hauts de Chantugre par l'artiste Agathe Chevrel

 

 

ANNE MARIE ROGNON AU CSE MICHELIN (RESIDENCE D'UN MOIS)

8, rue Jacques Magnier (Clermont-Ferrand)
Visible du 28 au 30 mai 2021
Ven. 14h-17h / Sam et Dim. 10h-17h

La résidence au CSE Michelin s’effectuera sur tout le mois de mai et accueillera le travail de l’artiste clermontoise Anne Marie Rognon. Pendant le mois de mai 2021, elle transformera en atelier le hall du bâtiment accueillant les adhérent·es et les salarié·es du CSE qui seront invité·es à collaborer avec elle pour la réalisation d’une peinture monumentale.

« J’envisage la résidence comme un temps pour effectuer sur toile libre une grande peinture de la taille du mur blanc. Cette peinture sera narrative elle combinera ce qui reste de la mémoire de l’enfance des adhérents au CSE Michelin. Les adhérent.es du comité sociale et économique Michelin seront invité.es à amener une photo qui parle de l’enfance par l’action tel le jeu ou un récit d’un jeu dans l’enfance. [...] Les récits seront enregistrés. Ensuite s’organisera ma peinture.
Il s’agit pour la participation des adhérent.es du CSE Michelin qu’ils et elles fassent une recherche dans leurs archives et donc dans la mémoire de leur enfance.
Une bande sonore qui sera un montage / compilation / découpage dans les  récits faits à partir des rendez-vous avec les personnes apportant leurs photos serait diffusée. »
Anne Marie Rognon

Découvrez l'instagram de Anne Marie Rognon

 

AMANDINE CAPION & AUDREY GALAIS DANS LE CHANTIER DE REGENS PARC (RESIDENCE D'UN MOIS)

Place de Regensburg (Clermont-Ferrand)
Visible du 28 au 30 mai 2021
Ven. 14h-19h / Sam et Dim. 10h-19h

La résidence dans le chantier du Regens Parc s’effectuera sur tout le mois de mai et accueillera le travail des artistes Amandine Capion (Marseille) et Audrey Galais (Clermont-Ferrand). Pendant le mois de mai 2021, elles ont décidé de travailler ensemble sur l’archéologie fictive du chantier mené par Eiffage Immobilier, partenaire de cette résidence.

«Le chantier est un espace habituellement clos.
Un endroit où tous les temps se mêlent, passé, présent, futur, sous des formes variées, par indices parsemés. Ici le chantier Regens Parc révèle une construction entamée bâtit sur les vestiges maintenant déchets des anciennes tours rasées. Sur les extérieurs les visuels d’anticipation mettent en image l’aspect futur des lieux. Tout l’entre-deux du chantier se joue entre le «plus jamais» et le «pas encore».
Cet espace est une opportunité pour collaborer et unir nos deux imaginaires. À la croisé de tous ces temps, nous aimerions proposer un ensemble de pièces et moments de rendez-vous faisant se rejoindre et communiquer ouvriers, archéologue, publics etc.
C’est dans ce contexte riche en temporalités hybrides que nous envisageons cette résidence en duo, avec pour point de rencontre une archéologie fictive, celle du chantier.» Amandine Capion et Audrey Galais

Découvrez l'instagram de Amandine Capion

Découvrez l'instagram d'Audrey Galais

 

JORDAN PALLAGES AU MUSEE D'ART ROGER-QUILLIOT (RESIDENCE D'UN MOIS)

Place Louis Deteix (Montferrand)
Visible du 28 au 30 mai 2021
Ven. 10h-18h / Sam et Dim. 10h-12h et 13h-18h

La résidence au musée d’art Roger-Quilliot s’effectuera sur tout le mois de mai et accueillera le travail de l’artiste Jordan Pallagès, tout récemment installé à Clermont-Ferrand. Pendant le mois de mai 2021, il va travailler dans l’enceinte du musée pour étoffer les chapitres de la Nielsson C., un « roman plastique » qu’il développe au moyen de multiples médiums tel que le dessin, la photographie, la sculpture et l’installation. Le musée d’art Roger-Quilliot (le MARQ), précieux partenaire des Arts en Balade va ouvrir l’ensemble de ses réserves à l’artiste.

«Je souhaiterais travailler ces deux chapitres au sein-même du MARQ car cela me permettrait de toucher fondamentalement aux problématiques de la reproduction d’une œuvre, de son appropriation par le visiteur et de ce fait, de son interprétation. La Collection Müller est un portrait, une biographie du personnage qui se lit d’œuvre en œuvre. Elle ne propose pas de se pencher sur l’intention des artistes reproduis mais de s’interroger sur la motivation de son propriétaire ; ce qui l’a poussé à redessiner leurs œuvres, ce qu’il voit en elles, dans un contexte propre à son histoire personnelle. De même, Incorrespondances est une série qui lie l’œuvre d’art sensée être reproduite sur le recto des cartes, à la relation entre les deux protagonistes, l’envoyeur et la destinataire.»
Jordan Pallagès

Découvrez l'instagram de Jordan Pallagès

AGATHE CHEVREL A L'ECOLE NATIONALE SUPERIEURE D'ARCHITECTURE DE CLERMONT-FERRAND (RESIDENCE DE QUINZE JOURS)

85, rue du Dr Bousquet (Clermont-Ferrand)
Visible du 28 au 30 mai 2021
Ven. 14h-19h / Sam et Dim. 10h-19h

La résidence dans la Villa Sabourin dans l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Clermont-Ferrand s’effectuera sur la deuxième quinzaine de mai et accueillera le travail de l’artiste marseillaise Agathe Chevrel. Pendant ces quinze jours, elle va vivre et travailler dans la Villa Sabourin, l’ancienne maison du directeur du sanatorium.

«Conçue pour la Villa Sabourin, elle y trouve littéralement son équilibre, et y évolue comme dans son milieu naturel. Par mimétisme dissuasif, elle emprunte son nom à Cobra Lily. Elle agit comme un appât sucré et crée une paroi lumineuse qui perturbe la déambulation dans l’architecture de la Villa Sabourin. Complètement inoffensive, elle est bien incapable de digérer le.la visiteur.se tombé.e dans son antre. C’est plutôt lui.elle qui sera susceptible de la manger des yeux. Par son nom, elle tente de détourner notre regard et de nous faire oublier sa fragilité.
Peut-être nous incitera-t-elle à nous méfier de sa luminosité attirante et de ses allures de friandises.»
Agathe Chevrel

Découvrez le site internet d'Agathe Chevrel