Lacotte - Elza

Elza
Lacotte
Arts Graphiques
Site Web
06.73.97.69.37
Démarche artistique: 
Jeune plasticienne, diplômée de l’École régionale des Beaux-Arts de Rennes en 2007 et félicitée lors de l’obtention du Diplôme Supérieur d’Expression Plastique à l’École européenne et supérieure de l’Image de Poitiers-Angoulême en 2009, je suis installée en Auvergne où j’exerce les activités de plasticienne et sérigraphe. Passionnée de cartographie et de littérature, j’oriente mes lectures vers des auteurs tels que Herman Melville avec Moby Dick ou Nicolas Bouvier avec L’usage du monde. Ma pratique artistique est axée sur l’imaginaire, le voyage et la quête. La quête concerne les explorateurs, les voyageurs, les scientifiques, les rêveurs, les sportifs. Elle est un moteur pour avancer, parce qu’elle suggère de découvrir une meilleure situation que l’actuelle. Les hommes qui s’engagent dans des quêtes, amorcent cette démarche pour faire face à un manque, un vide ou une perte. Si l’objectif est absurde, la quête permet de chercher infiniment avec espoir. Le but de la quête n’est alors pas une fin en soi car l’intérêt principal est de chercher. De nombreux artistes et auteurs cherchent à faire voyager le spectateur. Ils convoquent l’errance dans la contemplation. Il s’agit d’un voyage dans l’immobile. Une errance provoquée par l’imaginaire du spectateur, où les voies ne sont pas fixes, ni définies et étrangement proches de celles du labyrinthe. Souvent, ces artistes fonctionnent en vivant préalablement et physiquement cette errance. Elle peut avoir été subie ou être choisie. Pour dire, il faut avoir vécu. Pour dessiner un objet, il faut l’avoir vu. L’artiste est donc engagé et doit vivre ou côtoyer ce qu’il aborde pour ensuite le retraduire et le partager, ou simplement le montrer. Certains s’appuieront sur les témoignages énigmatiques laissés par d’autres. Oscar Wilde, parle dans le portrait de Dorian Gray de l’existence de deux sortes de poète. Il y a les premiers, les vrais génies, dont l’œuvre est formidable, mais où l’homme est ennuyeux, vide puisque tout ce qu’il vit et pense est donné intégralement à son œuvre. L’homme et sa vie sont alors inintéressants et mornes au possible mais l’oeuvre magistrale. Puis il y a les seconds poètes, le poète moyen, dont l’œuvre n’est pas géniale. Mais alors, quelle vie ! Ne parvenant pas à rendre ce qu’il souhaite dans son oeuvre, il conserve alors toute cette richesse en lui et construit sa vie comme la plus pure des poésie, emplie de folie et de rimes magnifiques. Pour ma part, je pense qu’il faut vivre sa vie comme s’il s’agissait d’une œuvre, l’emplir de poésie en flânant par le monde, en se perdant, en se laissant aller à l’appel des musiques du hasard. En s’employant à la psychogéographie de Guy Debord, le poète apprécie et construit son histoire par ses expériences de la route. Cette pratique permet d’ouvrir un regard neuf sur les choses, et éveille la curiosité. L’oeil ne glisse plus et s’attache aux détails. Puis lorsque cette expérience s’achève et qu’il faut dorénavant rentrer à l’atelier, alors l’artiste doit convoquer le premier poète d’Oscar Wilde, celui qui vide son vécu pour son œuvre. Les richesses rapportées sont comparables aux objets précieux de Pierre Loti. Elles seront l’âme chantante, l’essence véritable de la construction de l’oeuvre. Le point de départ et non l’intégralité. L’artiste s’inspire du réel, puis transforme, mystifie. Concernant ce grand projet Du zist-ouest au sud-zest. Et toi, c’est quoi ton voyage ? Plusieurs séries font parties de ce grand projet : L’Archipel du Zef, Les Zélateurs, Les Zeppelins et d’autres à venir. Ce projet se construit peu à peu. Chacune des séries est en construction. Tous les éléments de la quête sont réunies pour créer une grande histoire. Les îles représentent les nombreux espaces où peut prendre place cette quête... qu’elle soit amoureuse, professionnelle, inconsciente, destructrice. Les moyens de transports sont Les Zeppelins, qui permettent d’embarquer dans cette aventure, puis de passer d’une île à l’autre. Les Zélateurs apportent des messages pour avancer dans cette quête... qui est une métaphore de la vie. Une série s’attache uniquement à l’amour ... la Saga de l’Abordage, qui permet aussi de naviguer sur les eaux troubles de l’amour. Ce projet se construit peu à peu et va continuer à évoluer dans les années à venir. Je souhaite développer une série de portraits. Il s’agirait des personnages, acteurs de cette quête. La citation qui accompagnerait le mieux du zist-ouest au sud-zest. Et toi, c’est quoi ton voyage ? est de P. Coelho dans l’Alchimiste : « Une quête commence toujours par la Chance du Débutant. Et s’achève toujours par l’Épreuve du Conquérant. Le jeune homme se souvient d’un vieux proverbe de son pays, qui disait que l’heure la plus sombre est celle qui vient juste avant le lever du soleil.»
Plan du site :