Les Résidences en Balade

C’est la grande nouveauté de l’édition 2020 des Arts en Balade : Les Résidences en Balade. Pour la première fois, l’association a lancé des appels à candidatures pour des résidences dans des lieux atypiques du vieux Clermont adressées aux artistes locaux et nationaux. Ce projet de résidences a été accompagné par la Ville de Clermont-Ferrand dans le cadre de l’appel à projet en faveur de la prptection, de la mise en valeur et de la transmission du patrimoine local.

 

Pour cette première édition des Résidences, les trois lieux qui seront investis par des artistes sont :

- Le Belvédère de Notre-Dame-du-Port et le square Robertus par l'artiste Helene Caiazzo

- La Visitation par l'artiste Andrea D'Amario

- L'hôtel Littéraire Alexandre Vialatte par l'artiste Michèle Trotta

 

Pour chaque résidence un jury spécifique et différent pour chaque résidence s'est réunis en novembre 2019, nous tenons à remercier tous les artistes ayant postuler et éserpons pouvoir renouveler ce format pour 2021.

 

 

HELENE CAIAZZO AU BELVEDERE NOTRE-DAME-DU-PORT (RESIDENCE D'UN MOIS)

 

Notre-Dame-du-Port, basilique romane inscrite au patrimoine mondial de l’UNESCO dans la thématique des chemins de Compostelle est un monument historique incontournable de Clermont-Ferrand. Cette résidence de 30 jours se déroule dans des espaces périphériques à la basilique ; son belvédère permettant d’observer son chevet et un square attenant à ce dernier.
Helene Caiazzo, jeune artiste diplômée des Beaux-Arts d’Angers qui vient de s’installer dans la métropole clermontoise a été sélectionnée pour cette résidence.

«Une installation sculpturale qui investirait la charpente du belvédère. L’idée serait de détourner le regard et occuper cet espace particulier tout en faisant écho dans un jeu de « miroir inversé » au square que l’on aperçoit en contre bas.
Une canopée [...] des formes végétales et figures animales inspirées d’un bestiaire fantastique médiéval mais pas seulement, afin de raconter une histoire qui puise racines dans divers récits, se prêtant ici et là à l’exercice de la citation, tout en remodelant ses images d’emprunt.
Cette idée de superposition [...] renvoie à mon processus de travail, où je tisse des liens entre des éléments concrets provenant de l’Histoire, des us et coutumes, de pratiques particulières, récits et faits anecdotiques ou contextuels et un certain hasard, choix esthétiques, obsessions du moment afin de produire tel un mash-up, une série de pièces ou une installation sculpturale faisant état des lieux de mes recherches et expérimentations.» Helene Caiazzo

 

www.instagram.com/helene_cz/?hl=fr

 

 

ANDREA D'AMARIO A LA VISITATION (RESIDENCE D'UN MOIS)

 

La visitation est un ensemble de bâtiments situés à proximité de la place Delille. Ancien couvent édifié par les Frères Jacobins à partir de 1219, on y trouve une reproduction de la grotte de Lourdes et un jardin créé par les Soeurs Visitandines en 1824 et enfin des logements créés en 1986 par l’Ophis du Puy-de-Dôme appelé «la nouvelle Visitation». L’espace de la résidence est un local dans l’ancien couvent avec un accès direct au jardin. C’est l’artiste Andrea D’Amario qui a été sélectionné pour cette résidence de 30 jours. Il a fait ses études à l’Ecole Supérieure d’Art de Clermont Métropole, il est aujourd’hui de retour en France après avoir passé plusieurs années à Lima au Pérou.

«Le format que je propose pour cette oeuvre insitu lors de la résidence est celui du laboratoire. L’espace d’exposition/recherche montrera differentes projections lumineuses, lesquelles conversent ensemble pour créer un tout, durant le temps de la résidence, l’espace sera chaque jour légèrement différent jusqu’à ce qu’il atteigne sa forme finale pour le circuit des Arts en Balade.» Andrea D’Amario

 

www.andreadamario.com

 

 

 

 

MICHELE TROTTA A L'HÔTEL LITTERAIRE ALEXANDRE VIALATTE (RESIDENCE DE 15 JOURS)

 

Pour cette Résidence en Balade qui se passe dans l’Hôtel Littéraire Alexandre Vialatte, l’artiste Michèle Trotta qui réside en région parisienne, est logée sur place, dans une chambre mise à disposition par l’hôtel. Cette chambre sera donc à la fois son lieu de travail et de séjour pendant quinze jours.

«Dans mon atelier, il existe, rangée dans une boite sur une étagère, une colonie de fourmis. Ces petites sculptures qui mesurent entre 4 et 5 cm de long ont en grande partie été fabriquées lors d'une précédente résidence en milieu scolaire. [...] Pendant mon séjour à l'hôtel littéraire Alexandre Vialatte, l'idée est de réactiver ce projet autour des fourmis  [...] Ce travail prend sa source dans une expérience anodine : une fourmi a, un jour, distrait ma lecture en se promenant sur la page :  elle était de la même taille et de la même couleur qu'une lettre mais, à la différence de celle-ci, elle était vivante et en mouvement. I l s'est donc produit inconsciemment une association entre fourmi et langage. Pour moi, la fourmi est comme la lettre d'un alphabet  : c'est en s'associant, en coopérant avec d'autres fourmis qui sont comme les autres lettres de l'alphabet et en utilisant son environnement comme support de communication qu'elle produit de l'écriture. Mais la fourmi est aussi, à mes yeux l'alien parfait : ce qui fait écho  en nous à la plus grande altérité possible.» Michèle Trotta

 

www.micheletrotta.com