Josiane Pinel Debris

Peinture
06 76 47 31 12
Démarche artistique: 

Très jeune la pratique de la peinture c’est imposée à moi comme une nécessité.
Comme le préconisait Kandinsky, je tente, à l’écoute de ma vie intérieure d’en donner une transcription plastique.
Composant avec un vocabulaire pictural de formes, couleurs, matières, lignes, je poursuis le rêve de recréer un univers propre à traduire ce qui, selon Nicolas de Staël réussisse « l’impossible addition de l’instant présent, du passé et de l’avenir ».
L’expérimentation picturale guide mes gestes ; celle-ci peut prendre différents aspects et évolue entre abstraction et figuration.

A travers l’abstraction, je recherche l’équilibre des masses et l’harmonie chromatique. La toile est un dialogue constant entre hasard et nécessité.
Colorées juxtaposées, séparées par des contours contrastés, les surfaces s’agencent en jeux de structures colorées. En opposant les complémentaires, créant des passages par des tons intermédiaires, je recherche un équilibre vibratoire entre tension et apaisement.
J’invite le spectateur au cœur de la matière et des couleurs qui ne cessent de dialoguer ensemble.
J’ouvre ainsi de nouveaux espaces picturaux, où les différentes vibrations colorées des surfaces peintes deviennent énergie, propre à établir une connexion entre mon ressenti et l’âme de celui qui le regarde.
J’explore le spectre de la gamme chromatique et teste des rapports colorés très personnels qui caractérisent mon travail.

La figuration :
Du fond de la toile, déposant pigments, traces, cherchant l’accident qui m’indiquera la direction, surgissent des formes beaucoup plus allusives, généralement rondes, sensuelles, symbolisant un univers domestique autour de la nature morte. Ces figures qui s’interposent en scandant les périodes abstraites me sont également nécessaires pour exprimer une sensorialité féminine.
La synthèse se fait parfois dans certains tableaux où des représentations de silhouettes, d’objets nous situent dans un contexte identifiable.
J’aime explorer, inspirée par les grands maîtres du cubisme, les interprétations plastiques que permet le genre de la nature morte.
Néanmoins au-delà du geste, il y a dans ces objets, séries de cafetières et théières une dimension symbolique qui interroge notre rapport au foyer, à la famille.
Ces objets banals et familiers traduisent la transmission entre les générations de femmes, l’hospitalité, la possibilité d’accueillir l’autre dans la simplicité des choses.
Ils représentent ce qu’il me reste de la générosité de cœur de ma grand-mère dont la porte était toujours ouverte aux passants.
Comme l’analyse de ma vie intérieure, peindre certains rêves ou visions hypnagogiques me permet d’en découvrir la signification.
Ainsi de La série « Retour aux villages » née d’une vision de silhouettes, de dos, contemplant des maisons. Elle interroge le positionnement face aux lieux d’où nous venons : « Est-ce un retour ou un départ ? S’agit-il d’une métaphore, d’un questionnement sur le cours de la vie ? »

Le carnet de voyage : vers l'expression artistique à l'épreuve du réel interprété en images
Le retour au motif contrebalance le long monologue intérieur et s’impose comme un besoin de rafraichissement des yeux et du cœur autant que par la quête d’un renouvellement de formes puisées directement dans la nature.

Après avoir œuvré à retranscrire sur toile les sentiments qui me traversent, je retourne à mon attirance pour la lumière. Autre défi auquel j’aime me mesurer.
C’est dans cet esprit que j’ai réalisé et édité notamment mon carnet de voyages sur les cabanes de jardin.
Avec liberté et sérénité, je questionne le lien entre poésie et écologie. Mes dessins, formes, et teintes chatoyantes sont des solutions, parfaitement perceptibles, aux questions écologiques et environnementales que je me pose.
Je souhaite faire émerger par la simplicité des représentations aquarellées des concepts terribles, perturbants, harcelants, qui amènent des interrogations déstabilisantes : Homo sapiens qu’as-tu fait pour parfois enlaidir la nature sauvage, en ne respectant pas la simplicité et le scrupuleux ordonnancement des choses naturelles?

Comme une oscillation constante entre les pôles féminin et masculin, hémisphère droit, hémisphère gauche, figuration, abstraction, tantôt marchant sur un fil, ou cheminant à l’aide de mes deux bâtons, ma peinture est une tentative d’unification des différentes facettes de ma personnalité.
Je peux tout à la fois apprécier cette liberté et regretter de n’être pas réductible à un style.
En fin de compte, la peinture est depuis 30 an